24 mars 2014

une histoire de peau

Je ne sais pas pourquoi, ce matin, j'ai eu une furieuse envie de revoir Blade Runner...
J'ai toujours aimé l'esthétisme de ce film.
Le questionnement qu'il engendre
sur la place du vrai, du faux,
le droit d'être des "nouveaux",

le racisme,
le droit à la vie, au rêve...

I do not know why but, this morning, I felt an urge to wath again Blade Runner...
I have always loved this film esthetism.
The question you got out of it 
on good and bas,
the right of living for the "new ones",
racism,
right to live and dream...
Et en surfant je suis tombée sur ce court-métrage SF de Stephan Zlotescu, True Skin.
Dans Blade Runner, j'aimais bien l'idée que peut etre dans cet avenir que l'on ne voyait pas, au bout de la route, ils seraient sauvés, arriveraient à vivre plus longtemps, parce qu'ils seraient d'une nouvelle génération...
Mais dans ce court-métrage, la fin est bien plus dark.
Et ça présage mal du coup pour nous (comme si les google glasses en étaient le prémisse)
And while surfing, i saw the SF short film from Stephan ZlotescuTrue Skin.
In Blade Runner, I liked the idea that peharps in a future we could only imagine, at the end of that road, they would be safe, saved with a longer life because they were a new nexus generation...
But the short film is way darker.
And with the google glasses arriving on the market, it sound darker for us too.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Blog Widget by LinkWithin
suivez-moi
mes collaborations avec...

archives

archives