20 juin 2013

Confidence


Les gens qui ne me connaissent pas disent que je suis sûre de moi.
Je crois qu'il pensent que je suis distante et peut-être même un peu hautaine.
Ils se disent que franchement je n'ai aucune raison :
voyez-vous...
je ne suis jamais coiffée,
je porte mes vêtements un peu usés et très rarement repassés,
et j'ai largement dépassé la tolérance parisienne en terme de rondeurs.

Et malgré cela, j'ai un certain panache qui doit les menacer un peu parce que souvent les petites gens en deviennent agressifs.

Bon, 
le propos n'est pas là.

Malgré ce papier peint pas tout à fait sympathique, 
je suis quelqu'un de bien.
Ce n'est pas pour me faire plaisir, 
c'est un truc que l'on apprend à savoir de soi à 40 ans passé.

Pourtant, 
ce clash entre l'extérieur et mon intérieur fait que je suis incertaine et changeante : 
je peux avoir la voix qui chevrotte quand je demande à la voisine de couper son arbre qui pousse maintenant dans notre jardin en détruisant la cloture, 
ou je peux passer pour une totale bécasse devant un parterre de potentiels financiers.

Je sais qu'il y a une femme solide et sûre d'elle à l'interieur de moi. 
Mais devant les gens, elle se fait souvent la malle... la fille de rien.

Alors moi je vous le dis, 
j'aimerais danser ma vie comme Cécile Cassel, alias HollySiz, danse sa chanson.






1 commentaire :

  1. D'accord, mais nos faiblesses sont aussi notre force. serais-tu une si bonne dessinatrice si tu savais tout verbaliser ? Humm ? ben nan ! c'est pour cela qu'il faut s'aimer tel que l'on est !

    RépondreSupprimer

Blog Widget by LinkWithin
suivez-moi
mes collaborations avec...

archives

archives