22 octobre 2009

Quoi ? Ethique ? Comprends pas !

LittleCowboy_1 LittleCowboy_3

Sandrine est invincible avec son Little Cowboy // Sandrine is stronger than the world with her Little Cowboy

Une marque éthique… Quand on en parle, il est assez surprenant de voir à quel point le consommateur lambda a du mal a associer consommation avec éthique, du mal aussi à réellement mettre une définition sur ce mot. Est-ce que éthique veut dire une marque avec une morale ? Une marque qui respecte la loi ? Une marque qui respecte l’environnement ? Le flou est là.

Alors pour simplifier, on parle de bio, bien que ce soit restrictif, de recyclé. Et là, les sourcils se froncent, et viennent à l’esprit des images de vestes beiges qui grattent ou de pantalons traditionnels thaï très colorés et totalement importables ou encore pour le recyclé des fibres pré-usées, que l’on met pour sortir le chien.

Alors évidement, il est dur ensuite de faire passer l’idée du luxe, du beau, du confortable avec une telle idée reçue.

Et comment je m’en sors ?

Je parle de JEL, Jewellery Ethical Luxury, cette marque du luxe éthique, qui conçoit ses bijoux exceptionnels et responsables avec des métaux & des minéraux respectueux.

Je parle aussi d’Œuf qui travaille en collaboration avec des femmes d’un village péruvien.

Et puis je parle de la belette rose, pour leur expliquer ma démarche de recyclage quand j’utilise des laines des ateliers de filatures du Nord maintenant fermées, des laines qui non seulement sont de véritables œuvres d’art puisque plus des expérimentations que des produits commercialisables, mais en plus uniques en leur genre puisque les ateliers où elles ont été crées sont maintenant et pour toujours fermés. Je parle de l’importance du choix de l’usine. Celle-ci à Calcutta parce que sans y avoir été, je peux être sure que les employés y sont bien traités. Je parle enfin de mon désir de matières les plus naturelles possibles, bio si ça l’est, parce qu’un jour ce monde dans lequel je vis, j’aimerais que mes enfants ne le maudissent pas trop.

C’est une lourde tache que de faire comprendre que ce qui est bio et éthique n’est pas rébarbatif. Et comme le dis Blaise Mao dans un article sur www.geo.fr, « les consommateurs [sont] encore méfiants ».

Un jour viendra… J’en suis sure.


An ethical brand… When one speak about that, it is rather surprising to see how difficult it is for the everyday people to shopping with ethics, to even find a definition for this word. Does an ethic brand means one with a morality? One respecting the law? One even one respecting our environment? Quite vague, indeed.

So, to simplify, one will speak about organic or recycling, although it is quite restrictive. And there, eyebrows are frown. Say organic and images of beige itchy jackets or traditional fully-colored unwearable-under-our-climate Thai pants come to mind. Say recycled and it will be that of very pre-worn out fibers, which one will only wear to take the dog out.

There, it is then hard then to make way for the idea of luxury, beauty or even comfort.

So what do I do ?

I speak about JEL, Jewellery Ethical Luxury, this ethical luxury brand, which conceives its exceptional and responsible jewels with metals and respectful minerals and metals.

I also speak about Oeuf which works in association with women from a Peruvian village.

And then I speak about la belette rose. And there I explain my approach of recycling; That I use wools from the studios of French spinners that are now closed, wools that, not only are real pieces of art, more experiments then marketable products, but moreover unique because the studios where they were create are now and forever closed. I also speak about the importance of the choice of the factory. I chose this specific one in Calcutta because, without having been there, I can be sure that the employees are well treated. I finally speak about my craving for materials that are natural and even better organic. Just to have a little chance to live to my children and yours a world they will not curse about too much.

Tough task to have them understand that what is organic and ethical is not repulsive. And as Blaise Mao put it in his article on www.geo.fr, "the consumers are still distrusting".

One day will come… I am sure of that!

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Blog Widget by LinkWithin
suivez-moi
mes collaborations avec...

archives

archives